Les hyperscalers ont porté la croissance du marché des infrastructures et des logiciels pour datacenter. (Crédit Photo: DR)

Le marché mondial des équipements et logiciels pour datacenters a dégagé 41 Md$ de revenus au deuxième trimestre. Un résultat qui tient uniquement à la hausse de 25% des investissements des opérateurs de cloud public.

Les ventes mondiales d’équipements et de logiciels pour data centers ont traversé le plus fort de la crise du Covid-19 sans faiblir. Au deuxième trimestre 2020, elles ont atteint 41,4 Md$, progressant ainsi de 7% d’une année sur l’autre, selon Synergy Research Group. Leur niveau n’a jamais été aussi haut, hormis au quatrième trimestre 2019.

Les dépenses des entreprises baissent de 3%

Toutefois, la réalité est bien plus contrastée qu’il n’y paraît. La hausse des dépenses ne tient en effet qu’à la progression de 25% des achats des opérateurs de cloud public. Les entreprises, elles, ont réduit leurs investissements de 3%.  Résultat, les montants déboursés par les premiers ont représenté 41% de la valeur totale du marché des équipements pour data center au deuxième trimestre.

Les grands gagnants de ce marché partagé en deux réalités distinctes sont les ODM. Ces fabricants de matériels no name, souvent asiatiques, sont en effet les fournisseurs numéro un des opérateurs de cloud public. On retrouve derrière eux le chinois Inspur, suivi de Dell, Microsoft et Huawei. Sur le marché des data centers d’entreprises, c’est Microsoft qui tient la corde, précédant Dell, HPE, Cisco et VMware.

Serveurs, stockage et réseaux totalisent 75% des dépenses

En termes d’équipements, le triptyque serveurs, stockage et réseaux capte 75% de la valeur totale du marché des infrastructures (cloud et non-cloud). Le reste revient aux systèmes d’exploitation, aux logiciels de virtualisation, aux applications de gestion du cloud et à la sécurité des réseaux. Dans les domaines des serveurs et du stockage, Dell occupe la place de numéro un. Dans celui des réseaux, c’est Cisco qui domine. Le poids de Microsoft sur le marché global s’explique par sa prédominance dans les OS serveurs et les logiciels de virtualisation.

Source : www.lemondeinformatique.fr

justo vulputate, Curabitur risus. id Nullam Sed ante. dapibus Phasellus ut facilisis